FR
ES
EN

Penser le système pour agir efficacement

Pour faire face à ces nombreux problèmes, les politiques sectorielles ont montré leurs limites : en s’attaquant aux difficultés d’une partie du système alimentaire, elles ont sous-estimé les influences de ces actions sur les autres pans du système.

Par exemple, les politiques pour la sécurité alimentaire ont largement misé sur l’augmentation de la productivité agricole, avec de nombreux succès. Il y a cependant aujourd’hui un large consensus affirmant que c’est non seulement insuffisant pour répondre aux différentes dimensions de la sécurité alimentaire, mais que cela peut même être contreproductif 11 . Il faut donc dépasser une vision étriquée de la sécurité alimentaire et de la nutrition pour appréhender le système alimentaire de façon plus large, interconnecté à de nombreux secteurs et autres systèmes.

Sortir d’une vision et d’une action en silos représente un changement de mentalité important, où l’on cherche à appréhender la complexité. Les systèmes alimentaires interagissent entre-autres de manière complexe avec les systèmes économiques, sociaux et sanitaires.

« Les politiques qui prennent en compte ces interconnections sont critiques pour l’établissement de systèmes alimentaires durables car elles sont plus à même d’assurer que les différents systèmes et secteurs qui interagissent avec l’alimentation travaillent à des objectifs qui se soutiennent mutuellement », rappelle le HLPE.

Envisager les multiples connections permet d’identifier là où des arbitrages politiques sont nécessaires : là où il existe des tensions fortes entre différents secteurs et systèmes. Mais cela permet aussi d’identifier des décisions qui pourraient avoir des effets collatéraux positifs sur d’autres secteurs ou systèmes. Par exemple, de nombreux co-bénéfices peuvent être identifiés dans la promotion d’une alimentation qui soit à la fois bonne pour la santé humaine et pour l’environnement. Les politiques publiques doivent donc se coordonner pour définir des objectifs communs, notamment entre les politiques relatives à l’alimentation, l’agriculture, l’économie, le commerce, l’environnement, la santé, l’énergie. Ces objectifs communs doivent ensuite s’imposer aux différents secteurs, pour éviter les incohérences.

11 HLPE, 2020.

icon Télécharger le baromètre 2020