FR
ES
EN

Pourquoi y a-t-il un consensus de plus en plus important sur la nécessité de changer nos systèmes alimentaires ? Parce que les approches qui ont prévalu jusqu’à présent n’ont pas pu empêcher l’émergence ou la consolidation d’une série de problèmes majeurs. Petit tour d’horizons des principaux problèmes de notre système alimentaire global actuel.

Les dysfonctionnements du système actuel

très insuffisant

Augmentation de la faim

La sous-alimentation progresse à nouveau depuis 5 ans 4 : ce sont aujourd’hui 690 millions de personnes qui souffrent de la faim. Cette situation, extrêmement alarmante, est accentuée par la pandémie de Covid-19: 132 millions de personnes supplémentaires pourraient souffrir de faim aiguë en 2020 en conséquence de la pandémie et de ses différents effets sur les systèmes alimentaires 5 . Cette augmentation n’a rien à voir avec un manque de nourriture, les stocks alimentaires de céréales sont d’ailleurs au plus haut cette année : la faim n’est pas un problème de sous-production.

très insuffisant

Explosion de la malnutrition

En plus de la sous-alimentation, le surpoids (1,9 milliard de personnes), l’obésité (650 millions de personnes) et les carences alimentaires (1,5 milliard de personnes) sont les autres visages de la malnutrition. Les carences sont le signe d’une alimentation de faible qualité, déficitaire en vitamines et minéraux cruciaux. Elles peuvent toucher des personnes déjà atteintes de sous-alimentation ou de surpoids. Au total, une personne sur trois au niveau mondial souffre d’une ou de plusieurs formes de malnutrition, avec d’énormes conséquences sur la santé. Par exemple, chez les enfants de moins de 5 ans, 45% des décès sont causés par la malnutrition 6 . Dans de nombreux contextes, la situation nutritionnelle se dégrade rapidement : la consommation d’aliments ultra-transformés augmente, tandis que la consommation d’aliments frais et nutritifs diminue.

très insuffisant

Conditions de vie précaires

Les conditions de vie de la plupart des agriculteurs et agricultrices sont hautement précaires et l’activité est très peu rémunératrice : de nombreux paysans souffrent d’extrême pauvreté et d’une ou plusieurs formes de malnutrition. Le dernier rapport mondial sur l’état de la sécurité alimentaire et nutritionnelle lie directement les conditions de vie précaires, au sein et à l’extérieur des systèmes alimentaires, à la malnutrition et rappelle que 3 milliards de personnes sont tout simplement trop pauvres pour accéder à une alimentation saine. Les agricultrices et agriculteurs sont de plus très vulnérables face aux chocs économiques, climatiques, ou face aux effets de la pandémie de coronavirus sur les systèmes alimentaires. Au-delà des agriculteurs, les conditions de travail dans plusieurs pans des chaînes d’approvisionnement alimentaires sont également particulièrement précaires.

Un pouvoir de plus en plus concentré

Les systèmes alimentaires évoluent. À la faveur des progrès technologiques et des accords de commerce, les chaînes alimentaires s’allongent, se spécialisent et s’internationalisent. Bien qu’une multitude d’acteurs interviennent dans ces chaînes, de nombreuses composantes sont en fait détenues par un nombre très réduit d’intervenants. Par exemple, six compagnies détiennent à elles seules les trois quarts du marché mondial des pesticides et 60% du marché mondial des semences, tandis que quatre autres firmes se partagent 90 % du commerce mondial de céréales 7 . Ces acteurs dominants ont donc un pouvoir extrêmement important sur les systèmes alimentaires. Et cette position augmente leur capacité à attirer de la valeur, au détriment d’autres acteurs de la chaîne, comme les agricultrices et agriculteurs.

très insuffisant

Climat, biodiversité… Des externalités environnementales insoutenables

Les impacts du système alimentaire sur l’environnement sont énormes : climat, biodiversité, fertilité des sols, eau douce, environnements marins… De nombreuses études estiment que le fonctionnement de nos systèmes alimentaires dépasse les « limites planétaires » 8 . Pour ne parler que du réchauffement climatique, l’agriculture et les changements d’affectation des sols qui l’accompagnent comptent pour 24% des émissions de gaz à effet de serre. Lorsqu’on regarde les systèmes alimentaires dans leur ensemble, cette part monte à 29% 9 . Les émissions globales liées à l’agriculture pourraient augmenter de 87% d’ici à 2050 dans un scénario de « business as usual ». Au-delà d’être une cause d’émission de gaz à effet de serre, les changements climatiques affectent et vont affecter les systèmes alimentaires et l’agriculture. Les plus touchés sont et seront les plus vulnérables.

très insuffisant

> Le fonctionnement de nos systèmes alimentaires nous mène dans une impasse

Qu’il s’agisse des coûts environnementaux ou des nombreux coûts sociaux et sanitaires, les systèmes alimentaires faillissent à offrir des régimes alimentaires sains et durables pour toutes et tous. Les coûts véritables, sanitaires, environnementaux, sociaux, ne sont pas intégrés dans les prix du marché. Nos systèmes alimentaires sont donc dans une impasse : se contenter de les développer davantage pour répondre à la demande globale croissante est totalement incompatible avec l’Accord de Paris sur le climat et les Objectifs de Développement Durable 10.

graph

4 Bien que les calculs annuels de la FAO aient été effectués sur de nouvelles bases de données en 2020, donnant l’impression d’une relative baisse de la faim.

5 FAO, IFAD, UNICEF, WFP and WHO, The State of Food Security and Nutrition in the World 2020 Transforming food systems for affordable healthy diets, 2020.

6 HLPE, Food security and nutrition: building a global narrative towards 2030 A report by the High Level Panel of Experts on Food Security and Nutrition of the Committee on World Food Security, 2020.

7 HLPE, 2020.

8 Voir l’article « face aux limites de la planète » dans le baromètre des agricultures familiales 2018.

9 Independent Group of Scientists appointed by the Secretary-General, Global Sustainable Development Report 2019: The Future is Now – Science for Achieving Sustainable Development, 2019.

10 GSDR, 2019.

icon Télécharger le baromètre 2020